Campagne «Les nouvelles locales: un service essentiel» du CPSC-SCFP
Nouvelles locales = communauté tissée serrée

Chaque région a ses histoires, ses couleurs, ses particularités. Mais pour qu’elles soient connues, il faut des gens pour les recueillir et les diffuser.

À l’heure actuelle, ce sont les équipes journalistiques des médias locaux (radio, télé, journaux) qui remplissent ce rôle. Ces équipes permettent aux citoyens et citoyennes de savoir ce qui se passe près de chez eux et de s’impliquer dans leur communauté… mais pour combien de temps encore?

Produire de l’information coûte cher. Or, les ventes de publicité constituent la principale source de revenus des médias traditionnels, et ces ventes sont en baisse. Où s’en va cet argent? Sur Internet, où se retrouvent maintenant la majeure partie des investissements publicitaires.

À eux seuls, Facebook et Google accaparent 2 dollars sur 3 dépensés en publicité numérique au Canada.

Pourtant, ces deux entreprises n’investissent pas un sou dans le contenu journalistique, se contentant de diffuser les nouvelles produites par d’autres médias.

Cette situation menace notre accès à l’information de qualité, puisque moins d’argent est consacré à la couverture des nouvelles. C’est vrai sur le plan national comme à l’échelle locale, et ce, même si l’auditoire et le lectorat sont toujours au rendez-vous.

En effet, 78% des Canadiennes et Canadiens lisent un journal chaque semaine*, que ce soit en ligne ou sur papier. Quant aux bulletins de nouvelles locaux à la télévision, ils rassemblent plus de 20% de l’écoute dans certaines régions**.

En informant les gens de ce qui se passe dans leur région, les médias locaux sont un véritable moteur de l’implication sociale. Les nouvelles locales contribuent à tisser serrées nos communautés. Dites-le à votre député! Cliquez ici pour trouver ses coordonnées.

Cette capsule est diffusée dans le cadre de la campagne «Les nouvelles locales: un service essentiel» du CPSC-SCFP.

Avez-vu lu notre première capsule, «Nouvelles locales = démocratie en santé?»

———–

*Vividata, 8 mai 2017. **2 CRTC 2016-224.

Partagez!