Signaux positifs pour l’équité salariale mais trop de travailleurs abandonnés

Le SCFP réclame de l’action de la part du gouvernement fédéral dans le dossier de l’équité salariale depuis des années et se réjouit donc de l’engagement pris à cet égard dans le budget 2018. Le syndicat réclame toutefois plus de mesures du gouvernement fédéral pour aider l’ensemble des Canadiennes.

«Les femmes attendent l’équité salariale depuis trop longtemps. Si le premier ministre prend vraiment cet engagement envers l’équité salariale au sérieux, il doit maintenant encourager les provinces récalcitrantes à suivre l’exemple fédéral. Toutes les travailleuses de tous les secteurs économiques ont droit à l’équité salariale maintenant», a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

Le SCFP accueille aussi favorablement la bonification du régime de congé parental et l’analyse selon les sexes des diverses mesures budgétaires.

Le syndicat déplore par contre le refus du gouvernement fédéral de mettre en œuvre l’équité fiscale, et ce, malgré les appels répétés de nombreux experts et organisations de la société civile qui demandent au gouvernement fédéral de lutter énergiquement contre les paradis fiscaux, d’éliminer les échappatoires pour les PDG qui utilisent leurs options d’achat d’actions et d’exiger que les multinationales numériques comme Uber et Facebook perçoivent et versent les taxes de vente comme n’importe quelle autre entreprise.

«Soit le premier ministre défend véritablement la classe moyenne et les travailleurs ou il continue à permettre aux PDG et aux multinationales de ne pas payer leur juste part des impôts. Il doit choisir », a souligné le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury.

Le SCFP est indigné d’apprendre que le gouvernement fédéral perdra 2,1 milliards de dollars en revenus au cours des quatre prochaines années en raison de l’élimination des droits de douane résultant de la conclusion du Partenariat transpacifique.

Depuis plusieurs années, le SCFP réclame la création d’un régime universel d’assurance-médicaments pour venir en aide aux millions de Canadiens qui n’en ont pas et qui doivent choisir entre l’achat des médicaments dont ils ont besoin et le paiement du loyer et de l’épicerie.

«Le directeur parlementaire du budget et le Comité permanent sur la santé se sont déjà penchés sur la question et une motion en faveur de la création de ce régime a été présentée en octobre 2017 mais le gouvernement Trudeau a voté contre. Le temps des études est terminé. Le gouvernement fédéral doit maintenant prendre un engagement politique et financier concret pour que l’assurance-médicaments devienne réalité», a affirmé Mark Hancock.

Le SCFP est heureux des améliorations au congé parental contenues dans le budget 2018. Cependant pour un budget censé s’attaquer à l’égalité entre les femmes et les hommes, il déplore que le gouvernement fédéral n’ait toujours rien fait de concret pour aider les parents qui doivent payer des coûts exorbitants pour les services de garde.

Le SCFP est le plus grand syndicat au Canada. Il représente 650 000 membres dans de nombreux secteurs, partout au Canada.

Partagez!