Le SCFP se joint à un mouvement citoyen contre la présence de l’ancien maire agresseur dans les affaires municipales de Baie-Trinité

Plusieurs représentants du SCFP manifestaient à Baie-Trinité ce matin pour appuyer un mouvement citoyen qui craint que des élus souhaitent accorder un contrat à l’ancien maire, Denis Lejeune. Ce dernier a finalement démissionné comme maire après s’être longtemps accroché au pouvoir malgré le fait qu’il avait été trouvé coupable d’agression sexuelle contre une employée.

Quoique le dossier concernant la victime soit maintenant clos, le SCFP tient à dénoncer la présence du maire prédateur dans les bureaux de la municipalité.

« Nous avons toujours des membres qui travaillent pour Baie-Trinité. Après tout ce que nous avons vécu avec l’ancien maire, ce serait inacceptable qu’un contrat quelconque lui soit accordé. Et sa présence même dans les bureaux municipaux est inacceptable », de dénoncer conjointement Denis Bolduc, président du SCFP- Québec et Patrick Gloutney, président du Conseil provincial du secteur municipal du SCFP-Québec.

Des élections municipales se tiennent aussi à Baie-Trinité. Le successeur officiel de Denis Lejeune sera connu le 5 novembre prochain.

Le SCFP représente environ 70 % de l’ensemble des employés municipaux au Québec, soit 32 240 membres.

Partagez!