Projet de loi sur la Société québécoise du cannabis
Le SCFP salue un grand pas en avant

Le SCFP accueille favorablement le dépôt aujourd’hui du projet de loi no 157, qui vise notamment à constituer la Société québécoise du cannabis (SQC). Dans ce dossier, la ministre Lucie Charlebois a choisi de créer une filiale de la Société des alcools du Québec (SAQ) qui prendra en charge l’achat, l’entreposage, la distribution et la vente du cannabis au Québec. La ministre a donc adopté le modèle préconisé par la plupart des experts et organismes en santé publique, par le gouvernement ontarien de même que par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

«Le modèle que nous avons proposé et qui figure au projet de loi comporte tous les avantages. C’est le plus efficace économiquement et surtout, le plus rigoureux pour protéger la santé publique. Ce monopole d’État sera pleinement dédié à minimiser les risques associés au cannabis. Le projet de loi est donc un grand pas en avant pour que le cannabis soit le mieux encadré possible au moment de la légalisation le 1er juillet prochain», a salué Denis Bolduc, président du SCFP-Québec.

Le SCFP salue en particulier la constitution du Fonds de prévention et de recherche en matière de cannabis, qui absorbera tout bénéfice éventuellement généré par la SQC. Il entend suivre de très près le processus en commission parlementaire pour veiller à ce que le projet de loi final soit à la hauteur des attentes.

«Pour que le modèle de la SQC atteigne son plein potentiel et demeure cohérent, il faudra éviter qu’il soit miné par des exceptions ou des trous dans le monopole. Une première lecture du projet révèle quelques faiblesses potentielles. Nous resterons très vigilants à cet égard», de conclure Denis Bolduc.

Comptant près de 116,000 membres au Québec, le SCFP représente quelque 3640 membres dans les sociétés d’État et organismes publics québécois.

Partagez!