28e congrès pancanadien du SCFP à Toronto
Le plus grand syndicat au Canada se réunit pour la justice et l’équité

Ce lundi matin, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), le plus grand syndicat au Canada, a entamé les travaux de son 28e congrès biennal à Toronto.

Jusqu’au vendredi 6 octobre, plus de 2200 délégués représentant les 650,000 membres du SCFP sont rassemblés au centre des congrès de Toronto pour débattre de l’avenir du mouvement syndical et des services publics au Canada.

Le président national du SCFP, Mark Hancock, et le secrétaire-trésorier national, Charles Fleury, s’adresseront aux délégués en ouverture du congrès. Dans le riche programme de la semaine, on peut relever des allocutions de Nesrine Malik, chroniqueuse au journal The Guardian; Armine Yalnizyan, économiste progressiste bien connue sur la scène économique canadienne; et Dalila Awada, militante contre le racisme et fondatrice de Paroles de femmes. Les délégués débattront d’orientations stratégiques qui permettront, entre autres, de bâtir un syndicat plus fort et plus inclusif, de rendre les milieux de travail plus sécuritaires et de continuer à se battre pour la justice mondiale.

«Le congrès, c’est le parlement du SCFP. C’est là que nous nous dotons d’un plan pour contribuer à la construction d’un Canada plus juste et plus équitable», a expliqué Mark Hancock.

«Quand les membres du SCFP travaillent ensemble, nous avons la force requise pour réaliser des gains pour nos membres comme pour tous les travailleurs canadiens», d’ajouter Charles Fleury.

Le SCFP représente des travailleurs dans toutes les provinces. Ils œuvrent notamment dans les secteurs de la santé, des services municipaux, de l’éducation, des services sociaux, de l’énergie, des transports, des bibliothèques, des services d’urgence, des communications et des services de garde. Le SCFP défend les intérêts des travailleurs et de leurs communautés depuis 1963. Il est fier de contribuer à la construction d’un Canada plus juste et plus inclusif.

Partagez!