Nouvelles locales = rempart anticorruption

Dans une société libre et démocratique, le rôle du journalisme et des médias comme contre-pouvoir est bien connu. Le droit à l’information et la liberté de la presse occupent des places de choix dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans les chartes des droits et libertés du Québec et du Canada, dans la Constitution des États-Unis d’Amérique, etc.

Quand le journalisme se porte mal dans une société, les dangers sont aussi bien connus : manque de transparence, autoritarisme et arbitraire des pouvoirs politiques, corruption, népotisme, violation des libertés fondamentales, faiblesse de l’opposition politique et des organismes de la société civile.

À l’échelle locale ou régionale, le journalisme joue le même rôle vital de chien de garde de l’intérêt public. Les médias locaux sont essentiels pour informer la population de tout ce qui se passe localement, de la vie économique à la politique municipale en passant par les arts, la culture et les sports.

Protégés par le principe de protection des sources, les journalistes sont là pour poser des questions nécessaires, forcer la reddition de comptes, éclairer les coins d’ombre, voire même faire éclater des scandales. Les équipes journalistiques sont les yeux et les oreilles des citoyens. Elles exercent une surveillance sur les institutions, les autorités politiques et les entreprises afin qu’elles agissent dans le respect des lois et de l’intérêt public.

Autrement dit, en région, les journalistes servent de garde-fou aux personnalités influentes en portant un regard critique sur leur travail et leurs projets. Quand une personne peu scrupuleuse songe à commettre une malversation, la présence de journalistes à l’affût a un effet dissuasif.

Par ailleurs, il peut arriver que des entreprises médiatiques locales soient la cible de critiques justifiées en raison de choix éditoriaux questionnables et d’une couverture déficiente de l’actualité en raison d’un manque de ressources et de la précarité professionnelle. C’est aussi pourquoi des organismes comme le Conseil provincial du secteur des communications (CPSC) du SCFP et la Fédération professionnelle des journalistes (FPJQ) mènent des combats permanents pour renforcer le journalisme en région.

Les nouvelles locales contribuent à protéger la population contre la corruption. Dites-le à votre député! Cliquez ici pour trouver ses coordonnées.

Cette capsule est diffusée dans le cadre de la campagne «Les nouvelles locales: un service essentiel» du CPSC-SCFP.

Avez-vu lu notre première capsule, «Nouvelles locales = démocratie en santé»?

Avez-vous lu notre deuxième capsule, «Nouvelles locales = communautées tissée serrée»?

Partagez!