Nouvelle étude de l’IRIS sur le REM : un projet qui va coûter très cher aux Québécois

Le projet de REM est une véritable « brèche ouvrant la porte à la privatisation du transport en commun au Québec » selon une note socioéconomique de l’IRIS publiée jeudi. C’est, entre autres, pour cette raison que le SCFP-Québec conjointement avec la Coalition Trainsparence, que nous nous battons contre ce projet qui coûtera très cher aux Québécois.

Selon l’étude, le modèle de la CDPQ Infra est pire que le modèle PPP, c’est une véritable privatisation des services publics. «L’objectif n’est pas d’augmenter le nombre d’usagers du transport en commun, mais bien de générer des profits, essentiellement à partir des tarifs, payés par les futurs utilisateurs du REM de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM)», a expliqué Daniel Leroux, président du Conseil provincial du secteur transport terrestre(CPSTT).

L’étude de l’IRIS confirme ce que le SCFP-Québec dit depuis des années sur la privatisation des infrastructures : l’État québécois pourrait financer à moindres coûts ces projets de transport en commun puisque ses taux d’emprunts sont inférieurs à ceux de n’importe quelle entreprise privée. De plus, comme l’État québécois ne génère pas de profit sur les services publics, le coût du financement des infrastructures aurait été encore plus faible que celui exigé par la CDPQ Infra.

Dépossession d’actifs publics De plus, ceci permetra à la CDPQ Infra de s’accaparer le tunnel du Mont-Royal, le gouvernement du Québec contribuant à la dépossession d’actifs publics des Montréalais et accélérant le démantèlement du réseau public de transport en commun, tel que révélé dans la note socioéconomique de l’IRIS.

«Il est grand temps que les Québécois habitant dans la CMM reprennent le contrôle du développement du transport en commun et que le parti libéral du Québec cesse d’offrir des projets qui ne tiennent pas la route. Une vraie politique du transport en commun est attendue depuis des années par les citoyens montréalais et de la CMM et malheureusement personne au gouvernement provincial, ni chez les élus municipaux, ne semblent écouter leurs préoccupations», d’ajouter Denis Bolduc, président du SCFP-Québec.

Mauvais pour l’environnement Aucune preuve n’a été faite pour que ce projet soit bénéfique pour l’environnement. Au contraire, le projet du REM est carrément mauvais pour l’environnement et favorisera l’étalement urbain et découragera l’utilisation du transport en commun en imposant des tarifs trop élevés à ses utilisateurs.

Partagez!