Messieurs et Mesdames les Députés, que ferez-vous de cette bouteille?
Livraison de bouteilles de vin vides à tous les députés de l’Assemblée nationale

Cette semaine, les 125 députés de l’Assemblée nationale recevront une bouteille de vin vide pour les sensibiliser à l’importance d’instaurer une consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux. L’opération s’inscrit dans le cadre de la campagne Je signe pour la consigne / Verre : la fin du gaspillage.

Les députés sont invités à réfléchir aux moyens de recycler réellement cette bouteille, alors qu’aucun système de consigne n’existe au Québec et que les centres de tri peinent à traiter adéquatement le verre afin qu’on puisse y donner une seconde vie. Le Québec est la seule province avec le Manitoba à ne pas avoir de consigne sur ses bouteilles de vin et de spiritueux.

« Les députés amorcent le dernier sprint de la session parlementaire avant de se mettre en mode électoral. C’est le temps de réfléchir à ce qu’on propose aux Québécoises et Québécois. Le scandale du gaspillage du verre a assez duré. Nous invitons chaque député et leur parti respectif à s’engager à instaurer un vrai système de consigne qui, seul, peut permettre un recyclage efficace du verre », a soutenu Jacques Létourneau, président de la Confédération des syndicats nationaux.

L’envoi spécial aux députés s’inscrit dans le cadre d’une campagne pour une consigne et accompagne la pétition qu’on peut signer en ligne sur le site de l’Assemblée nationale jusqu’au 9 juin prochain à l’adresse https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-7249/index.html

L’absence de consigne constitue un gaspillage éhonté. « Le verre déposé dans les bacs de recyclage n’est, pour la majeure partie, pas réellement recyclé. Ce faisant, une usine comme Owens Illinois doit acheter à fort prix son verre dans le reste du Canada et aux États-Unis, pendant qu’on envoie dans les dépotoirs cette précieuse matière. C’est absurde », lance Dominic Lemieux, adjoint au directeur québécois des Métallos, dont le syndicat représente les travailleurs de l’usine de fabrication de verre Owens Illinois à Pointe-Saint-Charles. De plus, en utilisant davantage de verre recyclé dans les recettes de fabrication de nouveau verre, on peut réduire les émissions de GES.

« La SAQ dispose d’un réseau de distribution efficace, bien implanté dans toutes les régions du Québec. Les camions se rendent pleins de bouteilles dans plusieurs points de distribution pour ensuite revenir vides vers les entrepôts. On peut penser un système de consigne intelligemment en tirant profit de l’extraordinaire réseau de distribution de la SAQ », explique Denis Bolduc, président du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec). En ce sens, les trois syndicats invitent les parlementaires à exiger une plus grande responsabilité sociale et environnementale de la part de la société d’État qu’est la SAQ.

Une nouvelle séance de signatures

Le 26 mai prochain, journée de la consigne, les trois organisations syndicales organisent une nouvelle session de signatures devant 25 succursales de la SAQ. Ils invitent également la population à signer en grand nombre la pétition en ligne jusqu’au 9 juin sur le site de l’Assemblée nationale. Les députés quant à eux auront bientôt l’occasion de s’engager à mettre en place un système de consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux digne de ce nom, pour enfin mettre un terme au scandale du verre.

Partagez!