Le CPSC dénonce l’abolition de l’unique poste de journaliste à Amqui

Le Conseil provincial du secteur des communications (CPSC) du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) dénonce avec véhémence les compressions de postes chez Bell Média, notamment, l’abolition de l’unique poste de journaliste à la station Rouge FM 99.9 à Amqui.

Avec ces nouvelles compressions, il y aura une absence de journaliste sur tout le territoire de la Matapédia. La couverture médiatique sera réalisée par des journalistes de la station de Rimouski qui, même s’ils sont compétents et professionnels, ont des préoccupations qui se situent loin des réalités des Matapédiennes et des Matapédiens.

En avril dernier, le CPSC a dévoilé une étude percutante sur les lacunes de la présence médiatique dans les régions du Québec. Dans ce document préparé par Influence communication, on apprenait que la radio constitue clairement le principal média de proximité. Elle domine presque partout comme vecteur d’intérêt pour le contenu local, sauf à Montréal et dans sa banlieue.

Dans la région du Bas-Saint-Laurent en particulier, la radio demeure la deuxième source d’information à contenu local, à environ 32%, précédé par les hebdomadaires, à 34%.

Cette étude démontrait également que le taux de participation aux élections municipales est en lien direct avec la quantité de nouvelles locales disponibles. Ce qui fait dire au président du CPSC, Alain Caron « au nom de la sacro-sainte rentabilité pour les actionnaires, Bell Média va faire reculer la démocratie régionale et va diminuer la qualité de l’information puisque les journalistes qui couvriront la région ne seront pas issus du milieu. On ne peut faire mieux pour dévitaliser une région. ».

Le CPSC représente quelque 7496 membres du secteur des communications au Québec parmi les entreprises suivantes: Groupe TVA, l’ONF, RNC Media, CIMF – Gatineau, CKOB – Trois-Rivières, Telus Québec, Vidéotron, Cogeco, Technicolor, la SETTE, ainsi que le Journal de Québec.

Partagez!