Les contrats de déneigement soulèvent des questions à Malartic

L’attribution de contrats de déneigement par la municipalité de Malartic, en Abitibi, déclenche un questionnement public. Le 28 novembre, la municipalité a annoncé l’octroi de contrats de sous-traitance pour des travaux de déneigement. Le premier de ces deux contrats vise des stationnements: l’hôtel de ville, l’aréna et les deux garages municipaux. Le second concerne une douzaine de rues collectrices ou parties de rues, nommées «annexe C».

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) s’interroge sur la pertinence de confier ces travaux à des sous-traitants. Auparavant, tous ces travaux étaient effectués à l’interne par les employés cols bleus de Malartic, membres du SCFP.

«Au SCFP, nous représentons plus de 70% des employés municipaux du Québec. Partout au Québec, nous mettons systématiquement les municipalités au défi de comparer les coûts entre la sous-traitance et le travail à l’interne. Dans la grande majorité des cas, le coût à l’interne est inférieur. En plus, le travail à l’interne est une garantie blindée contre la collusion et la corruption», d’expliquer Stéphane Lachance, conseiller syndical au SCFP.

Lors de la séance du conseil municipal du 28 novembre, le conseiller syndical a interrogé le maire de Malartic sur les raisons d’aller en sous-traitance. Ce dernier a concédé qu’aucun comparatif de coûts n’a été effectué entre la sous-traitance et le travail des cols bleus.

«Nous trouvons extrêmement regrettable qu’il n’y ait pas eu d’évaluation des coûts à l’interne. Nous sommes très confiants que les cols bleus seraient sortis gagnants de la comparaison. Dorénavant, les équipes de déneigement des cols bleus ne vont couvrir qu’une partie de la municipalité, au lieu du tout. Ça n’a pas de sens: tant qu’à les déployer avec leur équipement, aussi bien leur confier tout le territoire», selon Stéphane Lachance.

«Dans tout ça, il est dommage que les citoyens n’aient pas été consultés et qu’ils n’aient pas l’information suffisante pour se faire une opinion sur ces contrats. Ils paient déjà 400,000$ en taxes de déneigement cette année, et le coût total du déneigement était déjà de 700,000$ par année à Malartic. Nous serions très surpris que le recours à la sous-traitance n’alourdisse pas cette facture», de conclure le conseiller syndical.

Les tableaux des soumissions de déneigement produits par la municipalité sont disponibles à http://bit.ly/2BwoXv1

Comptant près de 116,000 membres au Québec, le SCFP représente plus de 70% des employés municipaux au Québec, soit 32,240 membres.

Partagez!