Rimouski : Groupe TVA menace ses employés d’un lock-out la veille de Noël

Rimouski, le vendredi 22 décembre 2017 – Réunis en assemblée générale jeudi soir, les employés de la station de TVA à Rimouski ont rejeté à 87% «l’offre finale et globale» présentée par l’employeur. Le mercredi précédent, l’ensemble des employés a reçu une lettre inquiétante, dans laquelle l’employeur menace les travailleurs d’un lock-out au mois de janvier s’ils n’acceptaient pas l’offre.

«Juste avant de partir pour le temps de fêtes, ces individus ont reçus une menace sournoise et qui plane au-dessus de leur tête. En plus d’être une tactique odieuse, cette pratique contrevient aux dispositions du Code du travail et nous faisons une plainte», d’expliquer Réal Lebœuf, conseiller syndical avec le SCFP.

En effet, le Syndicat des employés de la station de TVA a immédiatement répliqué en demandant au CCRI de réactiver une plainte de négociation de mauvaise foi qui avait été déposée en début d’année 2017.

«L’offre globale et finale a été déposée le13 décembre dernier après seulement six jours de négociation sur une période de 2 ans. De plus, l’employeur n’a jamais voulu entendre les réelles préoccupations des employés de la station de Rimouski. Ce n’est pas un exemple de négociation de bonne foi», de conclure Richard Labelle, président région SCFP 687.

Ces travailleurs sont sans contrat de travail depuis décembre 2015.

Comptant près de 116,000 membres au Québec, le SCFP représente quelque 7496 membres du secteur des communications au Québec. Le SCFP est de plus présent dans les secteurs suivants: les affaires sociales, l’éducation, les universités, l’énergie, les municipalités, les sociétés d’État et organismes publics, les transports aérien et terrestre, le secteur mixte ainsi que le secteur maritime. Il est le plus grand syndicat affilié à la FTQ.