Les cols bleus et les cols blancs de Saint-Philippe signent

La vingtaine de cols blancs et des cols bleus de la municipalité de Saint-Philippe en Montérégie, qui compte plus de 6000 résidents, ont signé hier soir leur nouvelle convention collective. La dernière convention était échue depuis le 31 décembre 2015.

D’une durée de six ans, ce nouveau contrat de travail prévoit des augmentations salariales de 3,5%, par année, et ce pour la durée de cette convention.

Sur le plan normatif, plusieurs gains ont été obtenus par les membres de la section locale 4345.

« L’ensemble des postes ont été réévalués afin de dresser un réel portrait des emplois en considérant les besoins de l’employeur ; nous avons ainsi créé de nouveaux titres d’emplois qui étaient plus représentatifs. Par la suite, nous avons procédé à l’implantation d’une nouvelle structure salariale comportant de 8 à 10 échelons », de déclarer Marie-Claude Lessard, conseillère du SCFP.

Ce rattrapage salarial permettra aux employés de demeurer compétitifs sur le marché de l’emploi. D’ailleurs, une clause pour l’évaluation des emplois a été intégrée à la convention.

Des bonifications ont été apportées notamment aux journées de vacances, aux primes et au droit de rappel des employés surnuméraires après leur période de probation.

Des clauses permettant de limiter la sous-traitance, de lutter contre la discrimination et le harcèlement ainsi que sur l’embauche de stagiaires ont été ajoutées à la convention collective.

Des journées de libérations additionnelles ont été négociées lors de préparation de comités de relations de travail.

« En contrepartie, nous avons accepté de restreindre la distance où les employés désirant être de garde pour la neige peuvent résider, soit dans un rayon de 25 km, et ce, afin de permettre de répondre aux besoins de la municipalité et des citoyens rapidement et efficacement en cas de déplacement », de préciser Stéphane Ouellette, président de la section locale 4345.

Partagez!