Caroline Lamarre demande un décret au gouvernement pour destituer le maire de Baie-Trinité

Présente à Québec pour participer au congrès du SCFP-Québec, Caroline Lamarre s’est adressé aux médias pour témoigner de la grande injustice qu’elle a subie. Mme Lamarre est cette employée de la municipalité de Baie-Trinité qui a été agressée sexuellement par le maire Denis Lejeune, reconnu coupable.

« Moi aussi j’en ai, des droits! En tant que victime, mes droits sont constamment bafoués! » a déclaré Caroline Lamarre. « Je demande un décret au gouvernement Couillard pour destituer ce maire. »

« J’ai été victime d’agression sexuelle et ensuite, j’ai subi une deuxième injustice en ne pouvant pas retourner travailler, tandis que mon agresseur, lui, est retourné sans problème. Dans quel monde sommes-nous? »

Mme Lamarre n’a pas pu réintégrer son travail depuis l’agression. Lejeune est parvenu jusqu’à maintenant à s’accrocher à son poste.

Une demande a aussi été déposée à la Commission municipale du Québec pour destituer le maire.

« Le SCFP a soutenu Caroline depuis le début. La juxtaposition des droits des victimes et des agresseurs, dans ce cas, a largement favorisé l’agresseur. Il faut que ça cesse et que le gouvernement agisse », de dire Charlaine Sirois, conseillère syndicale au SCFP.

Rappelons que Caroline Lamarre a porté plainte contre son employeur en juin 2013. Denis Lejeune a été trouvé coupable d’agression sexuelle en juillet 2015 et la sentence a été rendue en janvier 2016. Le maire a écopé de 120 heures de travaux communautaires, d’une période de probation de deux ans et devait faire un don de 4 000 $. Étant donné qu’il n’a pas eu à purger plus de 30 jours de prison, la loi permettait à Lejeune de rester en poste, ce qu’il a fait.

Partagez!