Quel avenir pour l’information locale à TVA Est-du-Québec?

L’information locale est mise à mal depuis quelques années dans l’est de la province. Les pertes d’emplois et les réductions d’effectifs ont été nombreuses dans plusieurs médias du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord.

TVA Est-du-Québec n’y a pas échappé. Au cours des derniers mois, un poste de journaliste et un autre de chroniqueur culturel ont été abolis. Résultat, la couverture de l’actualité régionale en a été affectée sur l’ensemble de son territoire.

Sans contrat de travail depuis décembre 2015, les quelques 30 syndiqués membres du SCFP de TVA Est-du-Québec de Rimouski, Baie-Comeau et Sept-Îles sont plus que jamais préoccupés par l’avenir de l’information en région. Malgré trois jours de conciliation en janvier, l’employeur n’a toujours pas déposé d’offres salariales.

Le Syndicat des employés(es) de TVA, section locale 687, Rimouski, réclame le maintien d’une information locale de qualité. Il s’agit d’un service essentiel. Les résidents de l’Est-du-Québec ont le droit d’être informés de ce qui se passe dans leur région. Le CRTC l’a d’ailleurs reconnu dans le récent renouvellement des licences des stations du Groupe TVA. Le reflet local en matière d’information est maintenant obligatoire pour TVA. Le Conseil impose des conditions de licence de diffusion de cinq heures de programmation locale à ces stations dont 2h30 par semaine de nouvelles offrant un reflet local.

Le Syndicat des employés(es) de TVA représente plus de 1000 professionnels de la télévision à Rimouski, Baie-Comeau, Sept-Îles, Québec, Saguenay, Trois-Rivières, Sherbrooke et Montréal. Il est affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui regroupe plus de 110 000 membres au Québec et 639 000 à la grandeur du Canada.

Partagez!