Que pensent les maires de pouvoir décréter les conditions de travail de leurs employés? Le SCFP pose la question!

Les représentants syndicaux du secteur municipal ont envoyé une lettre à chaque mairesse et maire de la province afin qu’ils prennent position sur une proposition odieuse du gouvernement: celle de pouvoir décréter unilatéralement les conditions de travail de leurs employés.

«La partie qui concerne les relations de travail du nouveau «pacte fiscal» que le gouvernement Couillard propose aux maires de la province est inédite et immorale. Les employés des municipalités ont le droit de savoir ce que pensent leurs élus de ce projet de loi qui constituerait une première dans l’histoire des relations de travail au Canada», a expliqué Lucie Levasseur, présidente du SCFP-Québec.

Le SCFP de concert avec la FTQ ont lancé cette semaine une campagne publicitaire dans le but de sensibiliser la population à l’injustice que s’apprête à commettre le gouvernement Couillard vis-à-vis le milieu municipal. En septembre dernier le gouvernement a annoncé son intention de déposer un projet de loi lors de la prochaine session parlementaire dans le but de donner aux municipalités le droit de décréter les conditions de travail.

«Donner le pouvoir à une partie de décider du résultat d’une négociation en lui permettant de fixer les conditions de travail constitue un abus, et une atteinte à des droits fondamentaux. Pourtant, le texte de l’entente ne mentionne aucunement un tel pouvoir. Ils n’ont pas voté pour ça. Notre question aux élus est simple: êtes-vous pour ou contre un tel abus de droit?», d’ajouter Marc Ranger, directeur du SCFP au Québec.

Le SCFP demande aux mairesses et maires de donner l’heure juste à leurs employés d’ici le premier mars.

Partagez!