Moderniser la solidarité

Au congrès biennal, le secrétaire général du SCFP-Québec, Benoît Bouchard, a parlé du cœur d’un dossier qui lui tient à cœur: la modernisation de la solidarité syndicale.

«Le syndicalisme doit s’ajuster pleinement au 21e siècle et profiter des outils qui sont disponibles sur les plateformes numériques pour informer, consulter et décider plus efficacement et de façon sécuritaire. Nous devons le faire en priorité chez nous, quand nous consultons nos sections locales», a-t-il déclaré.

Pour défendre nos services publics et s’occuper de la redistribution de la richesse, il faut se moderniser.

«Un syndicat organisé, uni, synchronisé avec notre époque et fort. Voilà comment je vois le SCFP, toujours plus fort!»

Les finances et l’action politique

En tant que secrétaire général, il a glissé un mot sur les finances du SCFP-Québec, qui sont en santé et équilibrées. Il a tout de même rappelé que les ressources sont limitées et qu’il fallait toujours faire des choix judicieux. «Nous utilisons chaque dollar dans le meilleur intérêt des membres. Premièrement, en offrant le maximum de services directs aux membres avec les conseillères et conseillers au service, sans oublier les services spécialisés.»

Il ajoute qu’il faut investir dans la vie démocratique, dans les structures politiques ainsi que dans les travaux des importants comités, sans oublier les importantes représentations à l’extérieur des instances du SCFP.

«Nous devons nous engager à l’extérieur de nos milieux de travail pour défendre non seulement nos emplois et nos conditions de travail, mais aussi la qualité de nos services publics et les institutions fondamentales de notre société», de conclure Benoit Bouchard.

Partagez!