L’ONF c’est la liberté!

Lorsqu’un cinéaste chevronné tel Co Hoedeman parle de l’Office national du film (ONF), c’est en toute connaissance de cause. Gagnant d’un oscar en 1978 pour le court métrage d’animation The Sand Castle, le réalisateur a pu apprécier au cours des années l’apport singulier de cette institution. Pour lui, l’ONF est non seulement le cœur de la culture cinématographique canadienne, mais «la seule place ici où l’on puisse faire des films librement». C’est ce qu’il affirme dans une courte vidéo rendue publique aujourd’hui par le Syndicat canadien la fonction publique (SCFP-FTQ) et disponible sur YouTube, scfp.qc.ca et cupe.ca.

Dans son témoignage, le cinéaste insiste sur le fait qu’à l’ONF «les créateurs jouissent d’une grande liberté pour exprimer ce qu’ils pensent». Pour cela, et parce que l’ONF a été à l’avant-garde dans bien des domaines, il «faut garder cette institution, car ses films sont à l’image de notre culture». C’est aussi un joyau qui nous permet de rayonner à l’échelle internationale. «L’ONF, c’est notre carte de visite à la grandeur de la planète», souligne Co Hoedeman.

Une institution en danger

Pourtant, cet organisme unique est aujourd’hui menacé. Les gels de budgets et les coupures de ressources et de personnel mettent à mal la réalisation même de la mission de l’ONF. Un constat partagé par Co Hoedeman qui ne cache pas sa profonde préoccupation : «Je suis très très inquiet pour l’avenir de l’ONF qui suffoque à cause de toutes les restrictions qu’on lui impose et du manque de soutien financier». Rappelant les nombreux programmes coupés avec les années, Hoedeman soutient même qu’il est devenu «difficile d’y travailler» et que l’Office «n’arrive plus à bien jouer son rôle».

Rappelons que depuis 15 ans l’Office a vu son budget amputé de 17 %. Ces compressions ont considérablement miné les capacités de l’ONF à créer et produire des œuvres originales. Pendant le même laps de temps, les employés de l’organisme fédéral ont vu leurs rangs fondre comme neige au soleil, passant de 723 salariés à seulement 356 en 2007.

Depuis sa fondation en 1939, l’ONF a créé plus de 13 000 titres, remporté au-delà de 5000 récompenses, plus de 90 prix Génie, obtenu plus de 70 nominations aux oscars, tout en décrochant 12 statuettes.

Partagez!