Entente entre la Ville de Montréal et ses cols blancs sur l’horaire flexible de travail

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, M. Benoit Dorais, ainsi que la présidente du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP 429), Mme Francine Bouliane, sont heureux d’annoncer qu’une entente a été conclue entre les parties concernant les modalités de l’horaire flexible prévu dans la convention collective.

Cette entente survient à la suite du vote tenu hier soir par les membres du syndicat qui étaient réunis en assemblée extraordinaire au Palais des congrès. Les syndiqués étaient appelés à voter sur les modalités de l’entente concernant l’horaire flexible prévu au paragraphe 17.02 de la convention collective des employés municipaux cols blancs. Soulignons que l’entente a eu le soutien de la majorité des employés présents à l’assemblée et qui ont exprimé leur droit de vote. De leur côté, les membres du comité exécutif de la Ville de Montréal ont approuvé l’entente aujourd’hui lors de leur réunion hebdomadaire.

« Nous nous sommes entendus avec le syndicat sur une approche commune pour mieux encadrer les horaires de travail flexibles de nos employés cols blancs. Cette approche tiendra compte des besoins opérationnels de l’employeur et du désir des fonctionnaires de concilier leur travail avec leur vie personnelle ou familiale. Cette décision permet de régler un différend majeur qui existait depuis la signature de la convention collective en 2016 et aussi d’améliorer les relations de travail. C’est un accord positif qui est réalisé dans l’intérêt général de tous », a déclaré M. Benoit Dorais, président du comité exécutif responsable des finances, du capital humain, des communications corporatives, des affaires juridiques, l’évaluation foncière et de la gestion et planification immobilière,

« Nous sommes heureux d’avoir trouvé ce terrain d’entente avec la Ville de Montréal sur un enjeu majeur pour nos membres. Cela offre la perspective de meilleures relations de travail entre les parties », a ajouté Mme Bouliane.

Pour sa part, le directeur général de la Ville de Montréal, M. Serge Lamontagne, a déclaré « que cette entente est un geste concret en lien avec notre stratégie de mobilisation qui me tient à cœur ».

L’horaire flexible est un système d’aménagement des heures de travail qui permet à l’employeur et aux fonctionnaires de contribuer à l’établissement de l’horaire collectif de travail en tenant compte non seulement des besoins opérationnels de l’employeur, mais aussi du désir des fonctionnaires de concilier leur travail et leur vie personnelle ou familiale. L’entente prévoit 7 principes en fonction desquels le paragraphe 17.02 de la convention collective doit être interprété, ainsi que 15 règles à suivre pour l’application de l’entente.

Les parties ont pris plusieurs autres engagements, soit d’améliorer le recours au comité des horaires flexibles pour solutionner les désaccords et éviter le dépôt de griefs, de régler une partie des griefs accumulés en rapport avec l’horaire flexible, de réviser l’autre partie de ces griefs selon les principes et règles convenues et assujettir l’arbitrage des griefs susceptibles de rester, ainsi que tout nouveau grief éventuel en la matière, à ces mêmes principes et règles.

Les parties ont convenu d’un délai de 60 jours pour la mise en œuvre de l’entente et la réalisation des engagements qui y sont liés.

Partagez!