« Contre le gaspillage, pour le partage! »
Des femmes de cœur du secteur aérien nous offrent une belle histoire pour le temps des Fêtes

Lorsque Air Canada a annoncé qu’elle remplaçait l’uniforme de milliers d’employés, Sophie Decoste, agente de bord, s’est demandé ce que la compagnie allait faire avec les dizaines de milliers de chemises, jupes, pantalons, vestons, manteaux qui ne seraient plus portés.

« J’avais encore certains morceaux tout neufs et je savais que je n’étais pas la seule. Air Canada ramassait les « vieux » habits pour les détruire. J’ai eu l’idée de les ramasser moi aussi, mais pour les donner à des œuvres de charité. J’ai demandé la permission à la direction et ils m’ont dit oui, mais il fallait enlever toutes les marques de la compagnie aérienne visibles sur les vêtements», explique l’agente de bord.

Elle a donc accepté, sans connaître l’ampleur réelle qu’aurait cette consigne sur son initiative. Sophie Decoste a mis sa maman dans le coup. Dans son sous-sol, et ce, bénévolement, Monique Decoste a passé des centaines d’heures à enlever tous les logos d’Air Canada sur ces vêtements de bonne qualité.

Son syndicat, le SCFP, leur a donné un coup de main en entreposant les vêtements qu’un grand nombre d’employés leur avaient apportés.

Sophie Decoste a ensuite contacté France Robillard, agente de bord à Air Transat (également membre du SCFP) et cofondatrice de FENDLI, un OBNL québécois qui a comme mission de venir en aide au village Croix-des-Bouquets à Croix des bouquets, en banlieue de Port-au-Prince, en Haïti.

Les Decoste ont trié les vêtements selon leur taille et ont envoyé les plus petites à France Robillard, laquelle a par la suite fait acheminer les anciens uniformes à un foyer pour enfants soutenu par FENDLI. Le foyer en question s’occupe d’une centaine d’enfants.

« Air Transat a même offert le transport gratuitement. C’est un bel exemple de collaboration. Contre le gaspillage, pour le partage! », a fièrement déclaré France Robillard.

Mais cette belle histoire ne se termine pas ici. Le reste des vêtements, ainsi que tous les manteaux d’hiver et vestons, ont trouvé preneur chez un organisme de bienfaisance montréalais bien connu qui soutient des femmes en difficulté, soit le Chaînon.

« Le célèbre humoriste, Yvon Deschamps, et sa conjointe, Judy Richards, la marraine et le parrain du Chaînon, sont venus chez ma mère pour voir tout ce que nous avions. Ils étaient si contents! On voulait leur livrer les vêtements, mais ils ont refusé; ils ont dit qu’ils enverraient un camion. Heureusement qu’ils ont offert la livraison, car nous avons quasiment rempli un camion cube au complet! », de dire Sophie Decoste.

À l’approche des fêtes, nous sommes ravis de partager cette histoire de générosité.

 

Joyeux temps des fêtes à tous et à toutes et bonne année 2019!

 

Note : Pour plus d’informations sur FENDLI, visitez leur site web : www.fendli.org

Vous pouvez faire un don ou vous inscrire pour faire du bénévolat aux côtés de gens qui font une réelle différence.

 

 

 

 

Partagez!